Arnaques au virement : elles concernent aussi les PME

Share Button

Arnaques au virement : elles concernent aussi les PME

Alors qu’elles ciblaient jusque là en priorité les grands groupes internationaux, les arnaques au virement touchent désormais toutes les entreprises, peu importe leur taille.

arnaques aux virements

Crédits photo : Lexpansion

Les faux ordres de virement internationaux (Fovi), aussi appelées arnaques au président, commencent à devenir récurrents. Selon l’OCRGDF (Office Central pour la Répression de la Grande Délinquance Financière), ces arnaques représentent un préjudice de 485 millions d’euros pour les entreprises françaises depuis 2010. Si on reste encore loin des Etats-Unis, où le préjudice a été calculé à 2,3 milliards, ce chiffre alerte tout de même sur le danger que représentent ces arnaques.

D’autant qu’elles touchent désormais tous les types d’entreprise. En effet, pendant longtemps, seuls les grands groupes, à l’instar de Google, RyanAir ou Nestlé étaient concernés par ces attaques. Mais depuis 2014, les pirates prennent également pour cible des ETI, voire des PME.

Sensibiliser les entreprises à la cyberfraude

Généralement, pour ce type d’entreprise, l’arnaque consiste à envoyer des mails en faisant croire que celui-ci vient du patron en usurpant sa vraie adresse, ou bien en exploitant la faille Mailsploit des logiciels de messagerie, qui permet de rendre invisible l’adresse de l’expéditeur.

Pour s’en prémunir, la seule solution consiste pour le moment à sécuriser sa messagerie électronique, et surtout à organiser des campagnes de sensibilisation auprès des utilisateurs. D’après une étude de la société d’assurance Euler Hermes, 63% des entreprises n’ont pas de plan d’urgence prévu en cas de cyberfraude.  

Retrouvez plus d’articles sur la marketplace Wikipme.fr

Share Button

ARTICLES SIMILAIRES

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 
FERMER
CLOSE