Croissance en France: Ca va Mieux!

Share Button

Une croissance plus forte que prévue a été observée en France pour le premier trimestre!

croissance francaise premier trimestre 2016

Crédits photo: les Echos/ Insee

Malgré une conjoncture économique peu favorable et un climat social houleux, l’Insee a constaté une hausse du PIB de 0,6% plaçant ainsi la France au-dessus de la zone euro (Cocorico).

Comment expliquer cette hausse inespérée de la croissance?

Tout d’abord l’Insee souligne la nette augmentation des investissements des ménages et des entreprises. Un certain François H. avait-il raison de souligner que « ça va mieux »? En tout cas sur le plan macroéconomique, celui-ci semble avoir raison.

Cette révision minime de la croissance par l’Insee de 0,5 à 0,6% montre néanmoins que la France est au-dessus des prévisions et de la moyenne de la zone euro (0,5%). Cette bonne nouvelle de dernière minute nous conforte dans l’idée que la France pourrait bel et bien atteindre une croissance du PIB de 1,5% pour l’année.

Il faut tout de même rester prudent. En effet même si pour réaliser cet objectif le PIB devait bondir au cours des trois prochains trimestres de seulement 0,25%, il ne mettrait pas un terme aux déboires sociaux auxquels la France et les Français font face. Taureau du troisième décan attention au retour de flamme.

La croissance Française, un cercle vertueux?

Les investissements des entreprises ont crû de presque 2,4%, de ce fait, la France pourrait espérer une augmentation annuelle d’environ 4,2%. Selon Vladimir Passeron (chef du département de la conjoncture à l’Insee) ce cercle vertueux s’explique principalement: « par la mesure de sur-amortissement, prolongée tardivement, qui se fait notamment sentir dans les biens d’équipement, mais aussi par une progression en services et en automobiles. » . Néanmoins, il ne faut pas mettre la charrue avant les boeufs. Cette dynamique ne devrait pas durer car la mesure de sur-amortissement, certes prolongée mais limitée, a poussé les entreprises a investir avant terme.

Un concours de circonstances favorables.

Des taux d’intérêts bas qui permettent aux entreprises de s’endetter.

De meilleures marges, et un cours du pétrole bas.

Des ménages qui investissent dans des logements. Les permis de construire reprennent, et nos amis du BTP semblent voir le bout du tunnel. Après un 4e trimestre 2015 marqué par les attentats, et décevant économiquement, la croissance semble bel et bien repartir. Restons confiants, mais prudents et ne vendons pas la peau de l’ours avant de l’avoir tué.

L. Leclerc

Source: Les Echos

Share Button

ARTICLES SIMILAIRES

  1. çavamieux

    11 juin

    Il est vrai que les odeurs en provenance du gouvernement commencent à fouetter un peu quand même….c’est pourquoi il ne faut pas hésiter à aérer le plus possible dans les bureaux des ministères (notamment du travail….)surtout avec la chaleur de l’été qui arrive…. !Bonne continuation !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 
FERMER
CLOSE