Cyberattaques : les sites web français toujours très vulnérables

Share Button

Selon la deuxième édition du bilan annuel de Wavestone, les entreprises françaises sont toujours très vulnérables aux risques de cybermalveillance, en particulier via leur site web.

cyber malveillance

Crédits photo : Twitter

Sur les 155 sites web testés pour l’étude menée par Wavestone sur la sécurité des entreprises françaises face au risque de cyberattaques, tous sans exception ont présenté des failles, plus ou moins importantes.

Un chiffre qui montre la vulnérabilité des sociétés en France, et notamment via leur site. « S’introduire sur un site web est souvent une porte d’entrée vers le système informatique complet de son éditeur » explique Yann Filliat, responsable de l’offre d’audits de sécurité chez Wavestone. L’un des outils utilisés est le dépôt de fichiers. Les attaquants y déposent le programme malveillant et attendent ensuite qu’il s’infiltre dans toute l’entreprise, à la manière d’un colis piégé.

La sécurité des objets connectés français

Plus grave encore, les failles déjà observées auparavant n’ont pas été réparées, loin de là. « 40% des sites que nous avions déjà analysés l’an dernier restent vulnérables à au moins une faille déjà identifiée chez eux, regrette Gerome Billois, consultant à Wavestone. Les entreprises manquent de moyens et de compétences pour appliquer les corrections ».

Néanmoins, l’étude menée par le cabinet de conseil relève une bonne nouvelle : les objets connectés français résistent plutôt bien aux attaques informatiques, en tout cas plus que leurs concurrents (notamment asiatiques). « Nous avons testé dix objets, aucun n’était vulnérable aux attaques massives type Miraï » explique Gerome Billois, en référence à ces attaques ciblant les caméras de sécurité connectées.

H.G.

Share Button

ARTICLES SIMILAIRES

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 
FERMER
CLOSE