Economie mondiale, la reprise est-elle vraiment là ?

Share Button

La reprise est là et bien là.

Ce qui semblait un feu de paille à la fin du printemps dernier s’est consolidé à la fin du second et troisième trimestre 2017 : la croissance économique est vraiment de retour, en particulier en Europe de l’Ouest et en Russie.

economie mondiale

Tels sont les enseignements contenus dans la dernière livraison du baromètre trimestriel des risques pays établi par Coface, entreprise spécialisée dans l’assurance-crédit. Si l’assureur-crédit liste nombre d’éléments et de données qui incitent à l’optimisme, il n’oublie pas cependant de pointer quelques risques persistants et des points à surveiller, notamment du côté des Etats-Unis et de la Chine.

Longtemps espéré, plusieurs fois annoncé, l’assouplissement des conditions de crédit se concrétise et s’accélère dans la zone euro. Cette bonne nouvelle concerne autant les entreprises que les ménages comme en témoigne la baisse des défaillances chez les premières et les sommets atteints par le moral des dirigeants : il est au plus haut depuis six ans. Ceci, conjugué avec la dissipation de nuages politiques en cette année 2017 chargée en élections (France, Pays-Bas, Italie et Allemagne) dope la croissance.

Pour les experts de l’assureur-crédit, la tendance devrait durer. En effet d’après les données compilées par la BCE, les demandes de prêts continuent d’augmenter. Ce qui, in fine, alimente le cercle vertueux actuel : une confiance élevée des entreprises, des investissements et une consommation soutenue. Le tout, assorti de taux d’intérêts bas, pour soutenir une distribution de crédits en rebond. Cette amélioration de la conjoncture conduit Coface à rehausser les notes de certains pays d’Europe du Sud comme l’Espagne et le Portugal mais également la Hongrie, la Finlande ou encore Chypre.

Cette remontée du sentiment de solvabilité se propage au-delà des frontières de l’U.E. Nous pouvons la constater également en Russie où se manifeste une amorce de reprise notamment dans l’automobile.

Quelques nuages assombrissent cependant ce tableau.

Au Royaume-Uni, l’assureur-crédit observe les premiers effets du Brexit, avec un ralentissement de la consommation, ou il prévoit une hausse de 9 % des défaillances d’entreprises, qui pourrait pénaliser des pays comme les Pays-Bas et la Belgique, deux pays avec qui les relations commerciales sont étroites. Faiblesses qui se sont confirmées cet été caractérisés par un endettement des ménages élevé.

Aux Etats-Unis, la consommation qui semblait s’essouffler avant l’été s’est également confirmé. Le pays pâtit des inconnues quant à l’application du programme économique de son président et de la certitude de nouvelles remontées des taux directeurs de la FED.

Quant à la Chine, les chiffres du second et troisième trimestre confirment le ralentissement de la seconde économie mondiale. Ce point bas atteint par l’Empire du Milieu entraîne par ailleurs une remontée des retards de paiement chez certains de ses voisins d’Asie.

Pour tout connaître sur les risques pays, retrouvez les baromètres des risques pays publiés en 2017 :

Baromètre risque pays et secteurs : 1er trimestre 2017

Baromètre risque pays et secteurs 2ème trimestre 2017 Baromètre risque pays et secteurs 3ème trimestre 2017

Share Button

ARTICLES SIMILAIRES

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 
FERMER
CLOSE