Handicap au travail : les employeurs encore trop peu au courant de leurs obligations

Share Button

Handicap au travail : les employeurs encore trop peu au courant de leurs obligations

Alors que le salon Handicap ouvre ses portes lundi 28 mai, une étude menée par Kantar TNS révèle qu’un quart des employeurs déclarent ne pas connaître les implications de la loi sur le handicap au travail, qui date de 2005.

Handicap au travail : les employeurs encore trop peu au courant de leurs obligations

Crédits photo : Le nouvel Economiste

Il y encore beaucoup de travail en matière de politique handicap au travail. En effet, à l’occasion du 3ème salon Handicap, Emploi et Achats Responsables, qui se tiendra le 28 mai prochain à Paris, une étude de Kantar TNS pour le Club Etre, réseau d’entreprises engagées pour l’inclusion du handicap, dévoile que la question du handicap n’est toujours pas prise au sérieux par un grand nombre d’employeurs.

Si la quasi-totalité des entreprises (97%) reconnaissent l’importance de la mise en oeuvre d’une politique handicap au travail, seulement 40% l’envisagent comme une priorité. Un chiffre qui a de quoi inquiéter.

Une méconnaissance de la loi problématique

Dans les faits, les obstacles sont, pour un quart des entreprises, une méconnaissance de la loi. Un employeur sur quatre dit ainsi ignorer les implications de la loi Handicap de 2005, qui maintient notamment l’obligation d’emploi à 6% de salariés en situation de handicap pour les sociétés de plus de 20 salariés, et prévoit des sanctions plus strictes pour celles qui ne respecteraient pas cette obligation. En ce qui concerne le recrutement de personnes handicapées, sont également citées la difficulté à trouver des candidats disposant des compétences attendues, ainsi que le manque de moyens en interne.  

« Pour les PME/PMI/ETI, il est encore très difficile de mettre en place une politique handicap au sein de leur entreprise. Faute de moyens humains et financiers dédiés, l’inclusion du handicap est appréhendée comme un enjeu cites important mais pas prioritaire » résume ainsi Xavier Kergall, directeur général du salon Handicap.

Retrouvez plus d’articles sur la marketplace Wikipme.fr

Share Button

ARTICLES SIMILAIRES

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 
FERMER
CLOSE