L’argent public, principal vecteur de financement pour les start-up

Share Button

L’argent public, principal vecteur de financement pour les start-up

Malgré l’apport conséquent des business angels, l’argent public reste le vecteur principal de financement pour les start-up, notamment via la BPI ou les aides régionales.

Argent public

Crédits photo : Mediatelecom

Une étude menée par l’incubateur marseillais Belle de Mai montre que le financement public reste le moyen majoritaire des start-up pour se financer. Plus de 70% d’entre elles passent ainsi par des organismes publics, tels que la BPI (sollicitée dans 89% des cas), les prêts régionaux (41%) ou encore les bourses et les concours.

Du côté du financement privé, ce sont les business angels qui en sont les principaux contributeurs, devant les banques et le crowdfunding. En plus de l’argent investi, ils peuvent en effet apporter leur expérience et leur expertise, voire ouvrir leur carnet d’adresses aux jeunes entreprises en recherche de clients.

 

60 milliards d’euros investis par les business angels en 2017

En 2017, les business angels ont ainsi investi plus de 60 milliards d’euros dans des entreprises, avec des montants oscillant entre 900 000 et 2 millions d’euros. A titre de comparaison, les banques financement en moyenne entre 300 000 et 500 000 euros.

L’autre enseignement de l’enquête réalisée par Belle de Mai concerne les postes de dépenses des financements reçus par les entreprises. Plus de la moitié des entrepreneurs interrogés ont investi dans la R&D, principalement dans les deux premières années de création, en faisant appel à des laboratoires de recherche, des écoles d’ingénieurs, des universités ou encore des services privés. En revanche, une entreprise sur trois seulement a décidé de breveter ses services ou ses produits.

 

Retrouvez plus d’articles sur la marketplace Wikipme.fr

Share Button

ARTICLES SIMILAIRES

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 
FERMER
CLOSE