Pacte de responsabilité: Le patronat, coupable idéal ?

Share Button
pacte de responsabilité

« Dis donc, t’essaierais pas de nous faire porter le chapeau des fois ? » Les tontons flingueurs

Les mesures de la dernière tranche du pacte de responsabilité en direction des entreprises doivent être votées cet automne. Seulement voilà, certains députés frondeurs préféreraient faire un geste fiscal en faveur des foyers modestes plutôt que des entrepreneurs… D’autant que Manuel Valls a promis de réévaluer les effets du pacte de responsabilité avant l’été.

Les chefs d’entreprise n’ont pas oublié la menace hivernale du premier ministre, qui les avait accusés de ne pas avoir respecté les contreparties inhérentes au pacte de responsabilité. On se souvient qu’il avait déclaré que leurs engagements en matière d’emploi n’étaient « pas satisfaisants »…

Le patronat, coupable idéal ? Attention, l’emploi ne se décrète pas, sauf dans une économie administrée. Le rôle du gouvernement est de créer les conditions favorables à l’emploi, et celles-ci commencent par un cadre juridique et fiscal stable et lisible. Le présage d’une mise sous condition des aides a installé un climat d’anxiété particulièrement nuisible à l’embauche.

Quoi qu’il en soit, le Parlement devra se prononcer sur une baisse de 1.5 milliard du taux normal d’impôt sur les sociétés et sur la suppression définitive de la C3S, suppression qui ne devrait de toute façon concerner que quelques 20 000 entreprises.

L’objectif d’une réduction de 41 milliards des prélèvements obligatoires à horizon 2017 a été entériné dans le programme de stabilité 2016-2019. Quant au ministère des Finances, il assure déployer « tout le pacte et rien que le pacte » : assez pour rassurer les patrons ?

H.Chalvin

(Source : Le Figaro)

Share Button

ARTICLES SIMILAIRES

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 
FERMER
CLOSE