PME et numérique : le grand chambardement ?

Share Button

Chaque année, les études sortent et se ressemblent pour pointer la faiblesse congénitale en matière de digital pour les petites entreprises françaises. Alors que près de 4/5ème des Français achètent sur Internet, seuls 12% des TPE vendent en ligne ; 45% des chefs d’entreprise de PME n’ont pas de projet de transformation digitale ; 1 TPE sur 2 n’aurait même pas de site Internet… A l’orée d’une nouvelle ère portée sur l’exaltation des nouvelles technologies (Intelligence Artificielle, Machine & Deep Learning, automatisation, etc.), il semblerait que ces carences deviennent de plus en plus critiques au regard de la concurrence étrangère. Est-ce pour autant une situation contre laquelle on ne peut réellement pas lutter ? PME et numérique : le grand chambardement n’est-il pas plus proche qu’on ne le pense ?

digital marketing

Crédits photo : Henry Isaacs Marketing

Quand on parle de TPE/PME et de numérique, en général on poursuit instantanément par le rappel de la faiblesse criante de notre économie. Parmi les derniers chiffres, une note récente de Bpifrance datée de septembre le rappelle à cet égard : selon une enquête menée auprès de près de 2 000 dirigeants de PME (entre 10 et 249 salariés) et d’entreprises de taille intermédiaire (entre 250 et 4 999 salariés) françaises, 45 % d’entre eux n’ont toujours pas de vision en matière de transformation digitale pour le développement de la stratégie de leur entreprise. Et comme le rappellent Les Echos, une étude réalisée en mai dernier par OpinionWay avait déjà conclu que seules deux entreprises françaises de type PME-ETI sur dix déclaraient être bien engagées dans cette transformation.

 

Alors, où le bât blesse-t-il ? Il faut voir que quand nous parlons de TPE/PME notamment, nous parlons de métiers qui représentent l’immense majorité (99%) des entreprises françaises. Ces entreprises couvrent l’ensemble du spectre de notre économie : le salon de coiffure, le petit cabinet de notaires, la concession, le groupement d’architectes, la boulangerie de quartier… pour l’essentiel de ces entreprises, le business se déroule classiquement comme il s’est toujours déroulé : localement et via une proximité recherchée. Car qui dit proximité dit connaissance et confiance, deux dimensions qui sont plus complexes à envisager lorsqu’on développe son activité sur Internet.

 

Dès lors, l’entrepreneur qui est dans la gestion quotidienne de son entreprise peut être dans la position où il n’estime pas que le digital soit apporteur d’affaires pour lui. Si ma clientèle est à moins de 15 minutes de mon local, à quoi me servirait-il de créer un site Internet ? Etre référencé sur un site Internet est-il seulement utile à me développer, et aurai-je la possibilité de consacrer réellement du temps pour développer mon business sur la toile ? Enfin, tout ceci n’est-il pas plutôt gaspillage des ressources en termes d’argent, d’équipe et de temps ? Bref : à quoi cela sert-il finalement ?

 

Ce problème est fondamental. Il s’agit d’une double-difficulté à laquelle notre tissu de petites entreprises se heurte. D’une part, le manque de maturité de certaines entreprises vis-à-vis du numérique : développer une stratégie digitale ne passe pas uniquement par la création d’un site Internet, bien au contraire ! Il s’agit de penser en termes de vision, d’objectifs, d’actions et de suivi d’un point de vue global. De nombreuses entreprises se sont spécialisées sur le développement et l’acquisition de clients sur le digital ; leur succès croissant prouve – s’il en était encore besoin – que le digital peut soutenir absolument n’importe quel business ! Outre ce manque de maturité, c’est la complexité des organisations qui met à l’épreuve le développement numérique des petites entreprises. Pour développer sereinement une dimension numérique pour son business, il convient de se structurer, ce qui équivaut notamment à définir : une équipe dédiée, des objectifs stratégiques et de communication assumés, des moyens d’action (en temps et argent notamment) et enfin un suivi et pilotage clairs.

 

Aujourd’hui, il est dommage de voir que certaines TPE/PME remettent encore en question l’importance capitale du numérique. Peu importe l’activité qui est effectuée, la présence et la vision sur le digital sont des leviers absolument incontournables pour envisager la pérennité et le développement de l’entreprise. C’est d’ailleurs pour cette raison que WikiPME travaille chaque jour pour négocier des services exclusifs sur le numérique afin d’aider les entrepreneurs ; il est souvent difficile de sortir la tête du guidon pour le chef d’entreprise, mais le fait est un impératif catégorique.

A.H

Share Button

ARTICLES SIMILAIRES

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 
FERMER
CLOSE