La pollution digitale, un enjeu majeur pour les entreprises

Share Button

La pollution digitale, un enjeu majeur pour les entreprises

Bien que difficile à chiffrer, la pollution digitale est sans conteste un enjeu majeur dans la lutte environnementale. Et les entreprises ont un rôle évident à jouer, ne serait-ce que pour satisfaire des consommateurs de plus en plus soucieux de ces problématiques.

La pollution digitale, un enjeu majeur pour les entreprises

Crédit photo : Anti-K

 

Selon une enquête réalisée par le cabinet d’audit Occurence pour la start-up Digital for the Planet, plus de trois quarts des consommateurs affirmeraient être plus fidèles à une marque si celle-ci prenait des engagements pour lutter contre sa pollution digitale. Il faut dire que l’écologie digitale, que la même étude définit comme « la discipline qui étudie l’impact environnemental des différents écosystèmes reliant l’humain et le digital dans le but d’en limiter les effets nuisibles pour l’environnement » est devenue un véritable enjeu, en particulier depuis quelques années.

Comme l’explique l’organisation WWF « en termes d’émission de gaz à effet de serre, une journée de travail sur ordinateur correspondrait à 9km de circulation en voiture » ou encore « à la consommation de 80 ampoules ». C’est dire l’impact des systèmes numériques sur l’environnement, sans compter que, comme le rappelle une étude du cabinet d’analyse Green IT datant de 2016, la fabrication d’un ordinateur demande l’équivalent de 100 fois son poids final en matière premières.

Des mesures d’économie d’énergie à mettre en place

Il apparaît donc indispensable aujourd’hui pour les entreprises de se saisir la question, du point de vue bien sûr de leur responsabilité environnementale, mais également pour en faire un argument marketing. Si la grande majorité des consommateurs français (88%) ont une bonne opinion de l’écologie digitale, près des trois quarts estiment également que les sociétés ne se sont pas encore saisies du problème.

Il existe pourtant des pratiques simples pour limiter sa consommation d’énergie au bureau, comme par exemple privilégier l’envoi de mails courts, éviter d’envoyer des pièces jointes, vider régulièrement sa corbeille de sa boite mail ou encore éteindre son ordinateur en partant. Aux entreprises, donc, de faire un véritable travail d’information auprès de leurs salariés, tout en prenant des mesures concrètes d’économies d’énergie. Pour le bien-être de planète, mais aussi pour elles-mêmes.

Retrouvez plus d’articles sur la marketplace Wikipme.fr

Share Button

ARTICLES SIMILAIRES

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 
FERMER
CLOSE