Quand les start-up de réalité virtuelle investissent les lieux touristiques

Share Button

Quand les start-up de réalité virtuelle investissent les lieux touristiques

Conscientes du potentiel à la fois des technologies de réalité virtuelle et touristique de la France, de nombreuses start-up se sont positionnées sur le créneau, pour proposer aux visiteurs des expériences immersives uniques.

Réalité virtuelle

Crédits photo : Bol d’Air

Longtemps fantasmée, la réalité virtuelle peut désormais se matérialiser dans des réalités concrètes. Et trouver de réelles visées pour le bien commun. C’est ainsi que de nombreux lieux touristiques, châteaux comme musées, utilisent désormais la technologie pour refaire vivre l’histoire aux visiteurs, comme s’ils y étaient.

Derrière cela se cachent des jeunes entreprises qui ont su prendre le train en marche. C’est le cas de Histovery, Charles 5, Rendr, MuseoPic Timescope ou encore Iconem, toutes spécialisées dans la réalité virtuelle à destination de sites touristiques ou historiques. Il s’agit donc d’un secteur porteur, que l’on pourrait penser très concurrentiel. Pourtant, la demande est tellement forte que ce n’est même pas encore le cas. « Cela prend du temps pour avoir un marché, aujourd’hui il faudrait que nous soyons plus nombreux » estime ainsi dans les colonnes des Echos Pierre Croizet, directeur exécutif de Charles 5, jeune entreprise créée en janvier dernier qui propose des escape game en réalité virtuelle.

 

Des chiffres de fréquentation en hausse

Mais alors que la technologie existe depuis de nombreuses années, pourquoi est-ce que le phénomène semble récent ? Selon les acteurs du secteur, cela est principalement dû aux usages, ainsi qu’à une technologie enfin adaptée au grand public. « Aujourd’hui, il y a une maturité de la technologie, mais aussi des usages, avec des visiteurs habitués à manipuler des objets comme des tablettes » explique Mathilde Michaut, responsable d’exploitation chez Histovery. « Les casques de réalité virtuelle d’aujourd’hui sont adaptés, avec une belle image, capables d’être tout public et avec une technologie stable » renchérit Pierre Croizet.

Quoi qu’il en soit, l’association tourisme / réalité virtuelle semble fonctionner, comme le démontrent les chiffres de fréquentation des lieux utilisant cette technologie. Ainsi selon Histovery, qui développe des tablettes à même de reconstituer virtuellement des salles de châteaux, la fréquentation du château de Falaise, dans le Calvados, est passée de 40 000 à 80 000 visiteurs par an en deux ans. Des statistiques très encourageantes, qui pourraient inciter les acteurs du tourisme à miser encore plus sur le concept.

 

Retrouvez plus d’articles sur la marketplace Wikipme.fr

Share Button

ARTICLES SIMILAIRES

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 
FERMER
CLOSE