Les start-up françaises attirent plus que jamais les investisseurs étrangers

Share Button

L’année 2017 a enregistré une forte augmentation du nombre d’opérations d’investisseurs étrangers à destination des start-up françaises.

start-up

crédits photo : One Month

L’écosystème français attire enfin les investisseurs étrangers. Alors qu’en 2010, ils n’avaient participé qu’à 10 levées de fonds françaises, les fonds de capital-risque étrangers ont pris part à 52 opérations au cours de l’année écoulée. Soif un chiffre multiplié par cinq en huit ans.

D’après le baromètre réalisé par Chausson Finance publié par Les Echos, c’est également une hausse de 62% par rapport à l’an passé. « En quantité, cela explose, confirme Romain Dehaussy, directeur de Chausson Finance. Et l’on voit déjà que cela devrait s’amplifier en 2018 avec de premiers signaux très forts ».

Une plus grande prise de risque des investisseurs étrangers

L’un de ces signaux, c’est le type d’opérations sur lesquelles les investisseurs étrangers prennent désormais part. Si jusque là, ils intervenaient surtout dans des opérations d’ampleur (40% d’opérations comprises entre 10 et 50 millions d’euros il y a six ans), les levées de fonds visées sont maintenant plus ciblées, et impliquent une plus grande prise de risque.

« Auparavant, ils participaient à des levées de fonds d’envergure, du type Criteo ou Blablacar. Mais désormais, ils connaissent mieux l’écosystème, sont plus nombreux et sont capables de repérer les start-up plutôt dans leur vie » analyse ainsi Romain Dehaussy. Preuve de cet intérêt des investisseurs étrangers, certains fonds d’investissement ont même ouvert des bureaux en France. C’est le cas du fonds allemand Global Founders Capital ou du fonds suédois EQT Partners. Une pratique amenée à se démocratiser en 2018.

Retrouvez plus d’articles sur la marketplace Wikipme.fr

Share Button

ARTICLES SIMILAIRES

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 
FERMER
CLOSE