Top 5 des jeunes entrepreneurs de l’année

Share Button

Top 5 des jeunes entrepreneurs de l’année

Il sont jeunes, ambitieux mais loin d’être vicieux. Tous à la tête de jeunes entreprises prometteuses, ils ont moins de 30 ans et l’avenir devant eux. Portraits de 5 entrepreneurs à suivre de très près cette année.

Top 5 des jeunes entrepreneurs de l’année

Crédits photo : Dynamic Business

Julia Bijaoui, co-fondatrice de Frichti

Sitôt sortie de HEC, Julia Bijaoui fait ses gammes au sein de la start-up Joliebox, rachetée par la suite par Birchbox, avant de fonder Frichti trois ans plus tard, en juin 2015, aux côtés de son associé Quentin Vacher. Le concept : livrer des repas frais, faits maison, à des pris raisonnables. Très vite, l’idée est un succès. La jeune pousse lève 1 million d’euros au moment de sa création, puis 12 millions en 2016 et enfin 30 millions en 2017. Désormais, la start-up emploie plus de 300 personnes, en contrôlant l’intégralité de la chaîne, depuis la création des recettes dans sa cuisine-labo en plein coeur de Paris jusqu’à la livraison opérée par ses propres coursiers en passant par la fabrication dans ses cuisines de banlieue parisienne. S’imposant comme une figure montante de la FoodTech française, Frichti a sans conteste de beaux jours devant elle, de même que sa co-fondatrice.

Nicolas Bustamante, co-fondateur de Doctrine

Symbole de précocité, Nicolas Bustamante l’est incontestablement. Après un parcours brillant à l’ENS en droit et économie puis un programme entrepreneurial à Berkeley, il fonde, à 21 ans seulement, la start-up Doctrine, un moteur de recherche spécialisé dans le domaine du droit qui collecte et analyse les décisions de justice. Depuis son lancement en 2016, avec une levée de fonds de 2 millions d’euros suivie d’une autre de 10 millions en juin 2018, la jeune pousse a déjà collecté plus de 8 millions de décisions de justice. Une ascension éclair calquée sur celle de son fondateur, qui figurait en début d’année dans le palmarès européen des Under 30 de Forbes. Rien que ça.

Guillaume Fourdinier, co-fondateur et DG d’Agricool

Baigné dans l’entrepreneuriat lors de ses études au sein du programme Grande Ecole IESEG, Guillaume Fourdinier effectue un bref passage en tant que commercial dans le secteur pharmaceutique avant de fonder Agricool en 2015 avec son associé Gonzague Gru. Le principe : des containers tout équipés permettant aux agriculteurs urbains de cultiver leurs fruits et leurs légumes. Cette idée leur est venue d’un constat simple : les fruits et légumes que l’on consomme en ville sont de piètre qualité en comparaison avec ceux que l’on trouve à la campagne, en grande partie en raison de l’éloignement et des contraintes liées au transport. Ils ont donc imaginé un système permettant de cultiver des fruits et des légumes dans des containers, rapprochent ainsi l’agriculture des habitants de grandes villes. Et avec deux levées de fonds à 4 puis 8 millions d’euros en 2016 et 2017 ainsi qu’une quarantaine de collaborateurs désormais sous leurs ordres, c’est peu dire que l’idée est un succès.

Jean-Charles Samuelian, co-fondateur et DG d’Alan

Jean-Charles Samuelian n’a pas de temps à perdre. Après avoir fondé en 2011 Expliseat, start-up qui a révolutionné le siège avion de classe éco, le jeune entrepreneur s’est très vite tourné vers de nouveaux projets. Passionné de code et issu d’une famille de médecins, il s’est ainsi appuyé sur son expérience pour imaginer avec son associé un service innovant : une assurance complémentaire santé à destination des entreprises. Baptisée Alan, cette mutuelle agréée par l’Etat est entièrement dématérialisée et accessible à tous les salariés, en quelques clics seulement. Forte de son succès, avec plus de 7 000 personnes et 850 entreprises couvertes, la jeune pousse a même lancé en 2017 un service à destination des indépendants et des freeelances tout en réussissant une levée de fonds de 23 millions d’euros au printemps dernier. De quoi augurer de belles choses pour les deux associés.

Mathilde Lacombe, co-fondatrice de Joliebox (Birchbox)

Un parcours à suivre. Après 7 ans d’une aventure entrepreneuriale pleine de succès au sein de Joliebox (racheté depuis par son équivalent américain Birchbox), qu’elle a fondé avec quatre autres associés, Mathilde Lacombe a décidé de quitter le navire pour se consacrer à de nouveaux projets. Une décision audacieuse, lorsque l’on voit l’extraordinaire ascension de la branche française du groupe sous sa direction. Mais surtout la promesse de nouveaux horizons qui s’annoncent radieux pour cette acharnée du travail, qui a même sorti un livre en début d’année, « Une question d’équilibre », où elle retrace son parcours et distille ses clés pour une vie professionnelle, et personnelle, bien remplie.

Retrouvez plus d’articles sur la marketplace Wikipme.fr

Share Button

ARTICLES SIMILAIRES

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 
FERMER
CLOSE