Top 6 des start-up françaises de la FoodTech à suivre en 2018

Share Button

Top 6 des start-up françaises de la FoodTech à suivre en 2018

On assiste depuis plusieurs années à un véritable renouveau en matière d’alimentation. Dans le choix des produits, d’une part, où l’aspect local et sain prend une place plus importante, mais également dans la manière de consommer. Exit les gros centres de distribution et les files d’attente interminables, de plus en plus d’offres se tournent vers les circuits courts et la livraison à domicile. Gros plan sur 6 start-up de l’alimentation qu’il faudra suivre de près en 2018.

Top 6 des start-up françaises de la FoodTech à suivre en 2018

Crédits photo : The Star

La ruche qui dit oui !

Fondée en 2010 par Guilhem Chéron, Marc-David Choukroun et Mounir Mahjoubi, La ruche qui dit oui! est désormais bien implantée dans l’écosystème français de la FoodTech. Ayant su réinventer les codes de la distribution, la start-up a créé son propre réseau de « ruches », permettant de mettre en lien petits producteurs et consommateurs en proposant à ces deniers de passer leurs commandes de produits fermiers et locaux en ligne avant de venir les récupérer dans des points relais. En contrepartie de cette mise en relation, la plateforme conserve 8% du montant des commandes, de même que le responsable de « ruche » qui se charge de sélectionner les différents producteurs. Avec un total de 16% de coûts, on est donc loin, très loin des 25% pratiqués en moyenne par les coopératives de producteurs. Preuve de son succès, près de 850 ruche ont été crées en France en six ans et l’entreprise compte plus de 200 000 clients à l’année. Une réussite.

Centimeo

L’idée de Centimeo est venue à son fondateur Benjamin Dupays alors qu’il voyait les passants délaisser les centimes d’euros tombés au sol. Il a ainsi imaginé des distributeurs automatiques, permettant de troquer ses centimes contre des produits alimentaires, certifiés solidaires et « made in France ». Chewing-gums vendéens, gâteaux normands ou encore caramels au sel de Guérande sont ainsi les sucreries que l’on peut se procurer dans les bornes Centimini, en échange de quelques pièces jaunes retrouvées au fond de son porte-monnaie. Dans une démarche d’économie circulaire, les centimes collectés sont triés puis reconditionnés pour être réinsérés dans l’économie locale et redistribués aux commerçants et banques de proximité. Fondée en 2011, la start-up compte aujourd’hui une dizaine de salariés et recycle près de 15 tonnes de pièces par an. Alors qu’elle a déjà installé ses distributeurs dans de nombreux hôpitaux, universités, centres commerciaux et autres gares ou stations de métro, la volonté de Centimeo est désormais d’équiper tous les espaces de vie.

Foodchéri

Fondée par Patrick Asdaghi et David Ginat, deux anciens de la Fourchette, et Julia Vernin, à qui l’on doit le guide de voyage gastronomique EATRIP, Foodchéri voit le jour en 2015. Son concept : de la livraison de plats frais en région parisienne, mis au point par des chefs résidents. Très vite, l’idée est un succès et après trois ans d’existence, la start-up compte environ 70 collaborateurs tout en revendiquant quelques 12 000 repas livrés chaque semaine. Loin de se satisfaire de cette réussite régionale, la jeune pousse a été rachetée en début d’année par Sodexo et compte bien accélérer son développement sur le territoire français, avant de, pourquoi pas, s’exporter à l’international.

Epicery

L’appli de livraison idéale pour les citadins pressés : voici comment l’on pourrait résumer Epicery. Sans surprise, c’est d’ailleurs lorsqu’elle travaillait jour et nuit sans avoir le temps de faire ses courses que sa fondatrice Elsa Hermal a eu l’idée de sa start-up. Le concept : la livraison ultra-rapide, garantie dans l’heure, de produits frais et d’épicerie. Lancé en novembre 2016, le service a connu un succès grandissant, au point de compter aujourd’hui 300 commerçants et artisans partenaires à Paris et Lyon. Et devrait sans aucun doute continuer son ascension dans les mois à venir.

Baluchon

Dans le domaine de la FoodTech, la parole est bien souvent aux produits frais et locaux, comme une réponse la malbouffe. C’est le pari qu’a tenté François Dechy, ancien cadre de l’Economie sociale et solidaire, en lançant en 2014 Baluchon, un traiteur qui livre des plats préparés à base de produits frais et bio aux salariés des entreprises parisiennes. Un circuit court et sain qui semble plaire aux grands groupes puisque des sociétés comme Vinci, Orange, Total ou Engie se sont déjà laissées convaincre par le service. Et au vu du phénomène de la « bonne bouffe » qui tend à se démocratiser, l’emballement ne fait que commencer.

EROE

Fondée par Thomas Bordeaux et Pablo Lenormand en 2017, Eroé est une marketplace qui offre aux artisans d’art et producteurs alimentaires une visibilité web de qualité et la vente de leurs produits sur Internet, sous format massivement vidéo, pour une expérience d’achat unique. Ils ont déjà remporté plusieurs concours d’innovation et sont actuellement finaliste pour les Trophées des Services 2018.

Retrouvez plus d’articles sur la marketplace Wikipme.fr

Share Button

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 
FERMER
CLOSE