Transmission d’entreprise : plus simple pour les PME que pour les TPE

Share Button

La taille de la structure aurait un effet sur sa cession. Ainsi, il serait plus difficile pour de céder son entreprise pour une TPE que pour une PME, même dans le cas des transmissions familiales. 

transmission

Crédits photo : Chef d’entreprise Magazine

Selon l’Observatoire BPCE, les transmission familiales en France représentent 17% des cessions d’entreprises globales, soit plus de 10 000 par an. Un chiffre élevé qui s’explique par la pérennité des entreprises transmises à la famille. Pour les sociétés de 10 à 49 salariés, le taux de survie est ainsi de 93%, contre 71% pour les autres cessions.

Naturellement, le taux de transmission familiale augmente avec l’âge, et on constate que les cessions sont plus fortes à partir de 60 ans. La raison ? Une volonté de laisser à son héritier une société en bonne santé. « Il est plus gratifiant pour les dirigeants de céder une entreprise qui fonctionne bien. Plus une PME a une taille significative, plus le souhait de transmettre son entreprise à la famille est important » explique Alain Tourdjman, directeur des études économiques du groupe BPCE.

Plus la taille d’une entreprise est importante, plus son taux de cession est élevé

Cette question de la taille de l’entreprise est d’ailleurs primordiale en ce qui concerne les transmissions. « Plus elle a une taille importante, plus son taux de cession sera élevé », analyse Alain Tourdjman.

Un phénomène qui a pour effet de rendre bien plus difficile la cession pour les TPE que pour les PME. « Les dirigeants ont du mal à céder leur entreprise et l’entreprise vieillit avec eux. On observe une recrudescence des morts naturelles en fin d’activité » constate Alain Tourdjman. Elles sont même majoritaires en-dessous de 3 salariés ».

H.G.

Share Button

ARTICLES SIMILAIRES

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 
FERMER
CLOSE