Startups et levées de fonds!

Share Button

Startups et levées de fonds : les investisseurs français en grande forme

levees de fonds - 2

« – Monsieur, il y a là un homme qui veut vous parler. – Dis-lui que je suis occupé, qu’il revienne une autre fois ! – Il dit qu’il vous apporte de l’argent… – Je vous demande pardon, je reviens tout à l’heure ! » (L. De Funès dans L’Avare, 1980)

Décidément, les baromètres des levées de fonds se suivent et se ressemblent.

 

Dans la dernière édition du Baromètre Capgemini et eCap Partner des startups du numérique en France, dévoilée en début de semaine, c’est la très forte hausse des investissements dans les startups qui est à nouveau constatée.

Mais au-delà, ce baromètre fondé sur l’analyse de 1 000 startups, 2 000 levées de fonds et 500 investisseurs, livre une vraie bonne nouvelle : les investisseurs français mènent de plus en plus d’opérations pour soutenir l’écosystème startup.

 

Chaque année, les investissements dans les startups françaises semblent prendre un nouveau coup d’accélérateur.

 

Cette évolution, que nous constations forte en début d’année (nous constations dans cet article que la France était devenue le leader européen sur le sujet), se confirme clairement au premier semestre de l’année.

Selon le dernier Baromètre Capgemini et eCap Partner, les fonds levés par les startups françaises se sont appréciés de 25% au deuxième trimestre face à l’année dernière !

Cette croissance très forte se traduit dans une hausse tant en termes de nombre de levées que de paniers moyens.

Concrètement, 152 opérations de levées de fonds ont permis de lever 321M d’euros. Parmi ces levées : l’incontournable Drivy, Dashlane… ou encore WikiPME.

 

Quels secteurs clés pour ces levées de fonds ?

Principalement le transport, les loisirs et, ce qui est moins habituel, la sécurité.

Selon les commanditaires du Baromètre, la tendance qui se dégage est à une moyenne de levée de fonds plus importante, avec des entreprises déjà fortement développées et qui souhaitent accélérer.

Avec, en ligne de mire, l’obtention du statut de licorne, qui semble de moins en moins compliqué à atteindre pour ces pépites françaises.

L’autre bonne nouvelle est que les investisseurs français semblent avoir pris la mesure de l’importance de leur soutien dans l’écosystème numérique français.

 

Au 2ème trimestre 2016, seules 10% des transactions environ ont inclus des investisseurs étrangers ; ce taux s’élevait à plus de 16% il y a un an.

Alors que la part des investisseurs américains est passée de 8 à 4%, celle des investisseurs européens a chuté de 10 à un peu moins de 7%.

Les investisseurs français gagnent fortement en investissement, via les acteurs publics, le privé et le corporate.

Ces derniers représentent les 3 leviers principaux pour ces investissements.

 A.Hanrion

 http://blog.wikipme.fr/aubry-hanrion/

(Source: Business LesEchos.fr)

Share Button

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 
FERMER
CLOSE